La volonté d'agir et de « faire une différence »

Je suis originaire du petit village de Bois-Franc, dans la Vallée-de-la-Gatineau, mais j’ai surtout vécu ensuite à Maniwaki.

On était huit dans la famille. C’était encore l’époque de la revanche des berceaux et aussi l’époque où les plus jeunes héritaient des vêtements et des chaussures des plus vieux.

La plupart des familles étaient pauvres. Avant de se payer quelque chose, fallait alors trouver des sous d’abord.

Je suis donc devenu camelot pour le journal Le Droit, sans savoir à ce moment-là qu’un jour je dirigerais la salle de nouvelles de ce quotidien. Les revenus de mes premiers mois ont servi à l’achat de ma première bicyclette.

Mes premiers contacts avec la politique remontent à l’année 1969. La nouvelle école secondaire Cité étudiante de Haute-Gatineau venait d’ouvrir ses portes et il fallait élire un premier conseil étudiant. Après une courte campagne électorale, j’ai eu l’honneur d’en devenir le premier président.

Quelques années plus tard, j’allais toucher à un domaine qui tracerait finalement tout mon parcours professionnel, celui-du journalisme, mais qui me remettrait aussi en contact avec la politique… fédérale cette fois.

Ce premier contact, en 1973, avait bien sûr un nom : Thomas Lefebvre. Il avait été élu sous la bannière libérale, en 1965, avec une faible majorité de 271 voix.

Je me souviens encore de ses paroles lors de la première rencontre et de la première entrevue, pour le journal L’Écho de la Lièvre, à Mont-Laurier : « Ce sont peut-être les mains que j’ai serrées dans le dernier jour de cette campagne qui m’ont permis de l’emporter », avait-il dit, avec fierté. C’était un homme attachant, proche des gens, et les électeurs le lui ont bien rendu en le réélisant à plusieurs reprises, toujours avec des majorités accrues.

Cinq ans plus tard, je signais mon premier texte dans le journal Le Droit et, depuis, la politique a toujours été omniprésente. Au cours des années, ma plume aura croisé à peu près tous les élus de la région, de Jocelyne Ouellette à Lawrence Cannon, de Benoit Pelletier à Barry Moore, de Réjean Lafrenière à Will Amos.

Au fil des années, de journaliste je suis devenu chef des nouvelles, directeur des sports, responsable de l’implantation des nouvelles technologie reliées à Internet, directeur de l’information et rédacteur en chef.

Tout en exerçant la profession journalistique, j’ai toujours été attiré par le bénévolat,

C’est ainsi que je suis devenu entraineur, dans l’Association du hockey mineur de Maniwaki, à une époque où il fallait qu’un jeune sache patiner pour être accepté dans une équipe. Mais l’Association n’avait aucun programme de formation pour ces jeunes. Fallait trouver une solution. Alors je me suis impliqué dans l’implantation de la méthode MAHG, un programme d’apprentissage accessible aux jeunes à partir de l’âge de cinq ans.

De fil en aiguille, pour ne pas dire d’une lame à l’autre, cette implication m’a mené jusqu’à la présidence de la Fédération de hockey sur glace de l’Outaouais.

Le bénévolat a toujours eu une place importante dans ma vie.

Actuellement, je suis président de la Maison de la culture de la Vallée-de-la-Gatineau et membre du conseil d’administration de la Fondation Santé Vallée-de-la-Gatineau. J’ai également été membre du conseil d’administration du Centre de santé et de services sociaux de la Vallée-de-la-Gatineau, avant la réforme qui a fusionné tous les centres locaux pour former le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

Du bénévolat, j’en ai aussi fait en politique. J’ai été président régional de l’Outaouais pour le Parti libéral du Québec et également président de l’Association libérale provinciale du comté de Gatineau. Je vois déjà un certain questionnement dans vos yeux, et je comprends !!!  

Il n’y a pas de liens entre le Parti libéral du Québec et le Parti libéral du Canada et, pendant ces années, j’ai toujours été membre du Parti conservateur au fédéral.

Je remercie d’ailleurs tous mes amis et collègues libéraux de l’Outaouais pour leurs sincères mots d’encouragement lors de l’annonce de ma candidature pour le Parti conservateur, dans Pontiac.

Aujourd’hui, cette candidature n’est que la suite prévisible de mon implication dans le comté de Pontiac et la région de l’Outaouais depuis de nombreuses années.

Partout et toujours, c’est la volonté d'agit et de « faire une différence » qui m’a guidé.

pepiniere mg

Cliquez ici pour un agrandissement et
voir quatre autres photos >>
  2 3 4 5

À l'assaut des pépinières

Quelle belle fin de semaine pour prendre d'assaut les pépinières de la région. Corbeilles de fleurs et corbeilles de tomates cerise et de fraises, plants de tomates, de chou-fleur, de salade et de concombre. J'ai pris une autre journée de congé politique et j'ai fait mon magasinage printanier. Partout dans le comté de Pontiac et la région de l'Outaouais, nos pépiniéristes et horticulteurs, comme Yves, Jocelyne et Chantal, de La Pépinière Haute-Gatineau à Egan-sud, travaillent fort pour nous permettre de relancer nos jardins potagers ou de réaliser nos aménagements paysagers. De mon côté, va falloir que je fasse la différence entre un plant de tomate et un casseau de tomate. J'avais besoin de trois plants et je suis parti avec trois casseaux... qui contenaient quatre plants chaque. Alors, si vous passez chez moi cet été, probablement que vous allez repartir avec un petit panier de tomates.


Deux héros qui ont sauvé des vies

(29 avril) Kevin Simonneau et Isabelle Gilbert, deux policiers du Service de police de Gatineau, qui travaillaient alors pour le Service de police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais, ont reçu la Croix de bravoure du gouvernement du Québec, soit la plus haute décoration décernée à un policier. En janvier 2018, ces deux héros ont sauvé une mère de famille et son bébé de quatre mois pris au piège dans l'incendie de leur maison. Pour cet acte de bravoure, ils méritent toute notre admiration. Notre famille compte un policier dans ses rangs et je sais à quel point ceux-ci peuvent être confrontés à des drames éprouvants. Alors, quand leur courage permet de sauver des vies, on ne peut que le mentionner avec admiration.

deux héros

LIRE le texte du journal Le Droit >>


Qu'attend l'Agence du revenu ?

(16 avril) Les contribuables et les experts comptables ont besoin, à nouveau cette année, d’un délai pour la production des rapports d’impôt. Pourtant, l’Agence du revenu du Canada fait actuellement la sourde oreille. Les comptables du Pontiac et de l’Outaouais sont débordés et nombreux sont ceux qui ne pourront produire à temps les déclarations d’impôt des particuliers. Malgré des demandes répétées, l’Agence de revenu du Canada n’a toujours pas accepté de repousser le délai du 30 avril pour la production des rapports et les paiements de l’année 2020. Les firmes de comptables souhaiteraient un report de la date limite au 30 mai, comme vient de le faire Revenu Québec, et même jusqu’au 30 juin. À cause de la COVID-19, les documents des clients entrent au ralenti et, de plus, de nombreux employés doivent accomplir leurs tâches en télétravail, sans compter ceux qui ont reçu un test positif de COVID-19. Les difficultés à recruter de nouveaux employés s’ajoutent aussi au portrait.


La santé avant les élections

vaccin

« Je suis prêt dès aujourd’hui à partir en campagne à travers le Pontiac, mais la santé et la sécurité des citoyens sont plus importantes que le déclenchement d’un scrutin hâtif. Les vaccins avant les votes », a déclaré Michel Gauthier, candidat du Parti conservateur dans Pontiac et porte-parole pour la région de l’Outaouais.

lire la suite

Bravo au CISSSO et à l'APTS

La campagne de vaccination a débuté sur un bon pied dans le Pontiac et en Outaouais et les commentaires sont très positifs. Bravo au CISSSO pour son travail de préparation. Le système de réservation donne d'excellent résultat. Bravo également à Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS-Outaouais) et à la pdg Josée Filion pour leur communiqué conjoint dans l'espoir d'inciter un plus grand nombre de travailleurs de la santé à se faire vacciner contre la COVID-19. C'est ce qu'on appelle mettre les priorités à la bonne place. Et mon message demeure le même : la santé et la vaccination avant les élections.
 
POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS pour votre vaccin : cliquez ici >>


journee femme

8 mars : hommage aux femmes qui font leur marque dans notre vie politique

Saviez-vous que les trois MRC de la circonscription fédérale de Pontiac et ainsi que trois des six districts électoraux de la Ville de Gatineau qui chevauchent aussi la circonscription, ont élu des femmes à leur tête ? Et que 19 des municipalités sont dirigées par des mairesses ? Par leur implication, elles sont le reflet de la progression de la place des femmes en politique.

lire la suite


11 marsJournée de commémoration nationale en mémoire des victimes de la covid-19

Le 11 mars, il y aura exactement un an que l’Organisation mondiale de la santé décrétait l’état de pandémie. Le gouvernement du Québec profitera de cette journée de commémoration nationale pour honorer les personnes décédées et souligner le dévouement du personnel du réseau de la santé et des services prioritaires, qui a accompagné les familles dans le deuil.

read more


Un manque de respect envers les travailleurs de la fonction publique

L’administration libérale fait preuve d’un manque flagrant de bonne foi à l’endroit des travailleurs de la fonction publique fédérale. Ce gouvernement reprend d’une main ce qu’il a fait semblant de donner de l’autre.

lire la suite


Campagne de vaccination : ce n'est pas le temps de faire de la petite politique

La stratégie de vaccination du Québec, contre la COVID-19, a été rendue nécessaire à cause de l’incapacité du gouvernement fédéral de fournir à temps suffisamment de doses aux provinces.

lire la suite


Déclaration lors de l'annonce de la candidature

Je suis né, j’ai grandi et j’ai vécu dans le comté de Pontiac, et je suis un citoyen de l’Outaouais.

Quand les MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, du Pontiac et des Collines de l’Outaouais réclament l’Internet haute-vitesse, ça me concerne. Je vis moi-même cette situation.

Quand les résidents du secteur du Plateau ou du district de Limbour, à Gatineau, se questionnent sur la planification du transport en commun et du lien inter-rives avec Ottawa, ou encore des emplois dans la fonction publique, ça me concerne. J’ai vécu la même situation.

lire la suite